Skip to content
Tendance et évolutions des prix de l’immobilier en France

Tendance et évolutions des prix de l’immobilier en France

 

L’analyse du marché immobilier est issue de la Note de conjoncture immobilière des notaires de France. Cette étude présente la tendance et l’évolution des prix de l’immobilier en France.

  • Si le nombre de transactions augmente, c’est au profit d’une nouvelle typologie de biens immobiliers et vers des zones géographiques plus éloignées des grandes villes. Certains logements qui correspondaient à une demande locale trouvent maintenant preneur auprès de personnes plus éloignées géographiquement. La tendance est à la relocalisation notamment vers des petites villes, voire des villes moyennes. Cela va dans le sens de logements individuels comme des maisons que les Français plébiscitent encore plus en raison des confinements successifs depuis mars 2020.
  • Les prix dans l’ancien continuent de progresser mais mois fort. En effet, les prix de ce type d’habitation en France métropolitaine ont grimpé de +1,4 % entre le 1er trimestre 2021 et 4ème trimestre 2020 (données provisoires corrigées des variations saisonnières). Le trimestre précédent, la hausse était de +2,4 %. Sur une année, la progression des prix est + 5,9 %. Concernant spécifiquement les maisons, la hausse est similaire à celle enregistrée le trimestre précédent à savoir + 6,6 % sur un an contre + 6,5 % au 4e trimestre 2020. Le marché des maisons anciennes devrait encore beaucoup progresser puisque les Notaires de France s’attendent à une hausse des prix de +8.9% à fin août 2021. Cela correspond à une demande forte et des biens qui se rarifient. C’est un avantage incontestable pour le marché de la construction de maison puisque cela rend le neuf financièrement plus intéressant face à l’ancien. C’est aussi une solution quand une zone manque de maisons anciennes en vente !
  • Les taux d’intérêts des prêts immobiliers restent toujours bas. Cela participe de significativement au dynamisme des volumes de vente de logements anciens et neufs. Une hausse des taux ne semblerait pas en mesure de casser le dynamisme du marché immobilier. En effet, les emprunteurs/acheteurs ont conscience que les taux d’intérêts sont exceptionnellement bas. D’autre part, aucun indicateur ne laisse envisage une hausse brutale. Ainsi une augmentation modérée ne modifierait pas significativement l’effort de trésorerie des futurs emprunteurs. D’ailleurs, les Français pensent dorénavant qu’ils ont moins besoin d’épargner. En conséquence, ils sont plus enclins à dépenser pour améliorer leur cadre de vie. En conclusion, de nombreux Français sont prêts à se lancer dans un achat immobilier du fait d’un moral préservé et des économies réalisés pendant les différents confinements.
  • Le neuf en plein boom et surtout les logements individuels (les maisons). Sur février-mars-avril 2021, le nombre de logements individuels autorisé bondit de +6.4% par rapport au 3 mois précédents. Sur la même période, les logements collectifs ont baissé de -7.6%. Cela démontre l’intérêt grandissant des Français pour des maisons. Quoi de plus normal que d’avoir de l’espace et un jardin alors que les confinements se multiplient…