Article du Progrès sur Groupe PERSPECTIVES

interview-franchise-constructeur-maison-le-progres

Article publié dans le journal LE PROGRES du Rhône le jeudi 24 mars 2022.

Le groupe Perspectives Maisons ARLOGIS bâtit sa singularité 

Le groupe Perspectives Mai­sons ARLOGIS s’appuie sur une quinzaine de construc­teurs de maisons et des adhérents. Chaque année, ils sont deux ou trois à intégrer le groupe, qui d’ici le mois de mai, va accueillir un nou­vel adhérent à Saint-Priest.

« Le groupe été créé groupe en 1988, rappelle Alexandre Courat, son directeur général. Il est issu de la volonté de constructeurs de maisons indivi­duelles de développer ensemble des outils et de profiter de leurs expériences mutuelles, dans un es­prit de regroupement et de partage d’expertise, l’échange et l’entraide constituant le socle de notre orga­nisation. »

Et d’ajouter : « Notre groupe re­présente actuellement une quin­zaine de constructeurs de maisons individuelles, des adhérents, et près de 500 maisons construites par an sur le territoire national sous la marque Maisons ARLOGIS, pour un chiffre d’affaires de plus de 60 millions d’euros. Des construc­teurs autonomes et responsables, très fortement ancrés dans le tissu économique et social local, au plus près de leurs clients. »

Le siège du groupe Perspective est basé à Saint-Priest au 100 rue Aristide-Briand. « Nos adhérents sont des femmes et des hommes qui ont créé leur entreprise après des vies professionnelles très différentes. On y retrouve d’anciens du bâtiment, des adhérents d’autres réseaux qui ne se retrouvaient plus dans les valeurs de leur groupe et des reconversions pour des per­sonnes avec un profil de manager/ gestionnaire. Au sein de notre groupe, ils sont accompagnés par une équipe d’animation dans tou­tes les phases d’évolution de leur entreprise », précise Alexandre Courat. 

« La gent féminine apporte une sensibilité intéressante dans le bâtiment »

Ce réseau de constructeur de maison, qui est plus qu’une simple franchise, a pour PDG, Sylvie Du­bouis, qui dirige également Mai­sons ARLOGIS de Villefranche-sur­-Saône et Mâcon.

« Dans ce secteur, la présence de femmes di­rigeantes est encore bien margina­le. Je me retrouve ainsi très souvent être la seule femme lors de réu­nions. Je n’ai pas énormément de difficultés à recruter des femmes, surtout pour les métiers commer­ciaux, administratifs et dessins. Mais il est vrai que c’est beaucoup plus compliqué du côté technique et de la gestion des chantiers. La gent féminine apporte une sensibi­lité plutôt intéressante dans le bâti­ment. Un autre regard qui est peut­-être plus dans le détail et dans la finition. Je ne peux qu’encourager les femmes à se lancer dans cette belle aventure », insiste la PDG.

Animatrice de réseau – Interview de Christelle FELICIEN

Animatrice de réseau

Interview de Christelle FELICIEN

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Christelle FELICIEN, je suis actuellement animatrice de réseau au sein du Groupes PERSECTIVES qui exploite la marque Maisons ARLOGIS. Nous construisons des maisons sur-mesure depuis plus de 30 ans.

Quel a été votre parcours avant de joindre Groupe PERSPECTIVES ?

En 1989 à la sortie d’un DUT tech de Co, j’ai intégré le réseau (dont le siège était à Valence) en tant que stagiaire pour la réalisation d’une enquête de motivation auprès des prospects. Par la suite, je suis restée dans le réseau pour aider à la création des différents outils, procédures et guides utilisés par les équipes commerciales et administratives. Avec le temps, j’ai commencé à me déplacer dans les différentes entités du groupe et jouer le rôle d’animatrice de réseau. Aujourd’hui je garde tout de même un lien très fort avec l’agence de Valence. La proximité géographique plus le fait d’avoir été présente à la création de l’entreprise font qu’aujourd’hui je suis bien au fait des différentes évolutions de Maisons ARLOGIS Valence.

animatrice réseau constructeur maison

Quelles sont vos missions dans le réseau ?

Les missions principales d’une animatrice réseau, c’est d’être à l’écoute, de faire le lien, de former et de rendre autonomes les adhérents et leurs collaborateurs.

Au niveau de l’animation de réseau, j’interviens à la création de nouvelles agences pour former le nouvel adhérent et ses collaborateurs avec un suivi beaucoup plus proche pour la mise en place du CRM, des outils et des différentes procédures. J’interviens donc dans le domaine administratif, comptable, de la gestion et dans la production de contact dans les différentes entités du réseau.

Au niveau du CRM, notre objectif est de proposer un outil qui correspond aux besoins de nos adhérents. C’est pourquoi nous sommes dans une évolution permanente du CRM avec l’incorporation de nombreuses passerelles pour améliorer les relations avec les outils qui existent sur le marché. Dans ce cadre mes missions sont de :

  • Former les différents utilisateurs de notre outil ;
  • Être à l’écoute des agences et de leurs besoins afin de d’apprécier leurs demandes et de trouver des pistes d’améliorations du CRM en interne avec notre développeur informatique ;
  • Suivre les évolutions du CRM pour apporter une formation actualisée aux utilisateurs.
animatrice de réseau constructeur

Allez-vous régulièrement rencontrer les adhérents dans leurs locaux ?

Oui bien sûr. Cela fait pleinement partie de ma fonction. En règle générale, mes visites se programment suivant les besoins de nos adhérents. Il y a aussi quelques visites plus conventionnelles. Habituellement, nous nous rendons 2 à 3 fois dans les différentes agences du réseau sur une année. Il se peut que ces visites soient plus nombreuses dans certaines circonstances, comme par exemple dans le cadre d’un changement de collaborateur pour former et suivre l’intégration de ce dernier.

Dans le cadre d’une ouverture d’agence, les visites sont beaucoup plus nombreuses. Nous nous rendons dans l’entreprise tous les 15 jours sur les premiers mois afin d’accompagner l’adhérent lors de chaque étape clé (la mise en place du CRM, la construction du PAC et du budget, les premiers enregistrements de contact, le premier suivi de contact actif, la première signature de contrat, le premier dépôt de permis de construire, le premier démarrage de chantier, etc.). L’objectif de ces visites est d’accompagner et de former l’adhérent et ses collaborateurs pour qu’ils puissent gagner en autonomie sur les différentes étapes.

Etant donné que nous avons des adhérents dans de nombreuses régions de la France, ces visites demandent de l’organisation. C’est pourquoi j’essaye toujours d’optimiser chaque déplacement. Par exemple, si je me rends à Reims, j’essaye de passer à Troyes par la même occasion.

Selon vous, pourquoi les adhérents se sentent bien dans le réseau ?

Il y a de nombreuses raisons qui font que les adhérents du Groupe PERSPECTIVES se sentent bien au sein du réseau : la taille du groupe, qui facilite les échanges, le partage d’expériences, la réactivité, la disponibilité et bien sûr, le retour sur investissement…

D’autre part, nous faisons en sorte que les adhérents et collaborateurs connaissent leurs homologues chez un autre adhérent afin qu’il y ait des rencontres et des échanges d’information. Chaque collaborateur sait qu’il peut compter sur une personne qui a la même fonction que lui dans une autre région de la France.

animatrice réseau constructeur maison

Qu’appréciez-vous le plus dans votre métier ?

Ce que j’apprécie le plus dans mon métier, c’est de fonctionner tel un pivot central, de faire le lien, de récupérer des informations et de les communiquer au bon moment et aux bons interlocuteurs. J’apprécie le fait d’être en contact avec tous les collaborateurs de nos différents adhérents et d’avoir le sentiment de faire partie de leurs entités à travers mes déplacements et nos différents échanges.

En outre, nous sommes garants de la bonne utilisation des outils et des procédures chez les adhérents. Le fait d’observer que les différents constructeurs pratiquent leur métier en respectant les règles de l’art et les différentes procédures mises à leur disposition est une réelle source de satisfaction. Tout cela permet de confirmer que notre accompagnement et nos préconisations sont utiles pour nos adhérents !

Un dernier mot sur votre métier, le réseau ou ses adhérents ?

Les qualités nécessaires pour être animateur de réseau sont d’être polyvalent et adaptable compte tenu des profils des adhérents qui composent ce réseau. Il y a des compétences chez tous et cette pluralité est une force pour le réseau !

animatrice réseau constructeur maison

Vous souhaitez rejoindre un groupe qui valorise les échanges avec un esprit de famille ?

Vous avez des questions ? 04 72 59 10 70

Journée des droits de la femme – Interview de notre PDG Sylvie DUBOUIS

Journée des droits de la femme

Interview de notre PDG Sylvie DUBOUIS

Pouvez-vous vous présenter en quelque mots ?

Je suis Sylvie DUBOUIS. Je dirige Maisons ARLOGIS à Villefranche-sur-Saône depuis juillet 1988 donc depuis 34 ans. Je dirige également Maisons ARLOGIS à Mâcon. L’objet de ma société est de construire des maisons individuelles auprès d’une clientèle de particuliers. Nous les accompagnons tout au long de leur projet, de l’élaboration des plans, l’organisation administrative avec les différents interlocuteurs à la coordination de toutes les opérations avec les différents artisans sous notre entière responsabilité dans le cadre très sécurisé du contrat de construction de maisons individuelles. Toutes ces missions sont réalisées en répondant au niveau de finition souhaité par nos clients.

Depuis quand travaillez-vous dans l’immobilier et la construction de maison en particulier ?

J’y suis arrivée toute petite. J’ai effectué des études de commerce et à 20 ans, mon premier poste était chez un constructeur de maisons individuelles. J’ai beaucoup aimé la pluralité des compétences allant du commerce, de l’urbanisme mais aussi dans les domaines techniques et juridiques puis le fait de participer à l’élaboration d’un projet de vie pour des clients. Deux années plus tard, j’ai eu l’opportunité de créer ma société à l’âge de 22 ans.

Trouvez-vous que les métiers du bâtiment se féminisent ?

Les métiers du bâtiment se féminisent très lentement. Il y a un certain nombre de femmes dans le domaine commercial et administratif mais au niveau technique c’est très rare. Je n’ai pas énormément de collègues dirigeantes d’entreprise. Je me retrouve très souvent être la seule femme lors de réunions.

journee-des-droits-de-la-femme-constructeur-de-maison

Rencontrez-vous des difficultés pour recruter des femmes dans vos entreprises ? Si oui, sur quels postes ?

Je n’ai pas énormément de difficultés à recruter des femmes surtout pour les métiers commerciaux/administratifs et dessins. Nous avons assez souvent des candidatures féminines. Mais il est vrai que du côté technique et de la gestion des chantiers, c’est encore très marginal.

Que diriez-vous aux femmes qui hésitent à travailler dans le secteur du bâtiment ?

Je ne peux que les encourager. La maison constitue le lieu de vie pour la famille. En tant que femme, la maison c’est quelque chose qui nous répond de manière générationnelle bien qu’aujourd’hui la tendance soit largement à la parité dans une famille. Malgré tout, l’empreinte de la femme dans la maison sur la décoration et l’agencement reste forte. Une vision féminine des choses est plutôt intéressante dans le bâtiment. C’est un autre regard, peut-être plus dans le détail, dans la finition.

Les femmes ont bien évidemment toute leur place dans le bâtiment. Les fonctions de chantier sont encore très peu féminisées. Nous avons donc « entre guillemets » l’obligation d’être encore plus pointues et plus rigoureuses peut-être que les hommes. Les femmes qui rentrent dans ce métier sont souvent des profils excellents. Si elles sont arrivées dans les métiers du bâtiment et qu’elles y ont perduré, c’est qu’elles ont attiré le respect de leur entourage professionnel essentiellement composé d’hommes. Pour toutes ces raisons, elles doivent avoir un tempérament bien trempé et un niveau d’exigence élevé. Nous sommes plus regardées car ce n’est pas encore très répandu d’être une femme dans le secteur du bâtiment. 

Selon vous, les femmes dirigeantes sont-elles plus nombreuses aujourd’hui dans ce secteur ?

Non, les femmes dirigeantes ne sont pas spécialement plus nombreuses dans ce secteur. C’est encore assez marginal. 

journee-des-droits-de-la-femme-secteur-du-batiment

Dans un secteur très masculin, qu’apportent les femmes dirigeantes et entrepreneuses ?

Je crois que c’est une vision qui peut être un peu différente. Le mode de raisonnement d’une femme n’est pas forcément le même que celui d’un homme. J’ai toujours du mal à mettre une opposition homme-femme. Je pense que nous avons une mission quand nous dirigeons une entreprise. Nous avons l’obligation d’être très rigoureux, d’aller dans le détail et puis d’animer des équipes. Donc que l’on soit une femme ou un homme, il faut posséder et maitriser les mêmes qualités.

Je dirais que c’est une sensibilité féminine qui peut être différente. Cela peut sans doute se ressentir au niveau du management notamment dans l’animation des équipes. Un profil féminin pourrait avoir plus de petites attentions alors qu’un homme va plus orienter son management sur des ratios. Ce n’est pas une vérité absolue. La manière de manager dépend beaucoup de la personnalité de chacun.

Que diriez-vous aux femmes qui hésitent à créer ou reprendre une entreprise dans le bâtiment ?

A partir du moment où elles ont envie de le faire et qu’elles sont motivées pour le faire, il ne faut pas hésiter. Il faut simplement que les femmes entrepreneuses aient conscience qu’on attendra d’elles un parcours distinctif par leurs compétences et leurs capacités peut-être d’avantage qu’un homme. A partir du moment où la motivation professionnelle est bien présente, ce n’est pas du tout un souci. Le bâtiment est tellement passionnant. C’est quelque chose de concret. Nous construisons un ouvrage qui répond aux besoins d’une famille. Nous allons laisser nos réalisations aux générations futures. Pour cela, il est essentiel d’avoir des préoccupations écologiques et environnementales. Comparativement, un grand nombre d’autres métiers n’apportent pas autant de concret que les métiers du bâtiment. Dans ces conditions, le fait d’être une femme ne doit absolument pas impacter l’envie de créer son entreprise dans ce domaine. Si on a envie d’y aller, il faut se lancer dans l’aventure entrepreneuriale !

Une dernière chose à ajouter à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes ?

Nous avons la chance d’être en France. Les droits des femmes ont beaucoup évolué. Dans les années 60, les femmes acquéraient péniblement le droit de vote alors qu’aujourd’hui rien ne leurs est interdit. Nos compétences et notre envie de faire bouger les lignes sont quelque part une façon de montrer que ce n’est pas parce que vous êtes une femme que vous avez des capacités moindres. En France, nous pouvons réaliser ce dont nous avons envie.

Nous pouvons cependant regretter de parler de journée internationale des droits de la femme en 2022. Ces dernières années, des femmes avaient gagné le droit d’aller à l’école et à l’université mais aussi d’occuper des professions comme médecin ou pilotes de ligne qui n’étaient pas très féminisées. Hélas ces droits reculent dans certaines régions du globe. Nous voyons des petites filles qui sont déscolarisées et qui n’ont plus accès à l’enseignement. Individuellement et par le biais d’organisations nationales / internationales, nous devons combattre cela par tous les moyens !

recrutement-femme-batiment-constructeur-maison

Vous souhaitez rejoindre un groupe ouvert aux femmes et aux hommes ?
Nous vous proposons de nous rejoindre comme salarié(e) ou adhérent(e) !

Vous avez des questions ? 04 72 59 10 70