Skip to content
interview-franchise-constructeur-maison-le-progres

Article publié dans le journal LE PROGRES du Rhône le jeudi 24 mars 2022.

Le groupe Perspectives Maisons ARLOGIS bâtit sa singularité 

Le groupe Perspectives Mai­sons ARLOGIS s’appuie sur une quinzaine de construc­teurs de maisons et des adhérents. Chaque année, ils sont deux ou trois à intégrer le groupe, qui d’ici le mois de mai, va accueillir un nou­vel adhérent à Saint-Priest.

« Le groupe été créé groupe en 1988, rappelle Alexandre Courat, son directeur général. Il est issu de la volonté de constructeurs de maisons indivi­duelles de développer ensemble des outils et de profiter de leurs expériences mutuelles, dans un es­prit de regroupement et de partage d’expertise, l’échange et l’entraide constituant le socle de notre orga­nisation. »

Et d’ajouter : « Notre groupe re­présente actuellement une quin­zaine de constructeurs de maisons individuelles, des adhérents, et près de 500 maisons construites par an sur le territoire national sous la marque Maisons ARLOGIS, pour un chiffre d’affaires de plus de 60 millions d’euros. Des construc­teurs autonomes et responsables, très fortement ancrés dans le tissu économique et social local, au plus près de leurs clients. »

Le siège du groupe Perspective est basé à Saint-Priest au 100 rue Aristide-Briand. « Nos adhérents sont des femmes et des hommes qui ont créé leur entreprise après des vies professionnelles très différentes. On y retrouve d’anciens du bâtiment, des adhérents d’autres réseaux qui ne se retrouvaient plus dans les valeurs de leur groupe et des reconversions pour des per­sonnes avec un profil de manager/ gestionnaire. Au sein de notre groupe, ils sont accompagnés par une équipe d’animation dans tou­tes les phases d’évolution de leur entreprise », précise Alexandre Courat. 

« La gent féminine apporte une sensibilité intéressante dans le bâtiment »

Ce réseau de constructeur de maison, qui est plus qu’une simple franchise, a pour PDG, Sylvie Du­bouis, qui dirige également Mai­sons ARLOGIS de Villefranche-sur­-Saône et Mâcon.

« Dans ce secteur, la présence de femmes di­rigeantes est encore bien margina­le. Je me retrouve ainsi très souvent être la seule femme lors de réu­nions. Je n’ai pas énormément de difficultés à recruter des femmes, surtout pour les métiers commer­ciaux, administratifs et dessins. Mais il est vrai que c’est beaucoup plus compliqué du côté technique et de la gestion des chantiers. La gent féminine apporte une sensibi­lité plutôt intéressante dans le bâti­ment. Un autre regard qui est peut­-être plus dans le détail et dans la finition. Je ne peux qu’encourager les femmes à se lancer dans cette belle aventure », insiste la PDG.